Communiqué - Confédération Africaine des Echecs

Collapse
X
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • Communiqué - Confédération Africaine des Echecs

    30 juillet, 03:21 ·

    Jusqu'où ira Patrick Van Hoolandt (Président de l'Association Internationale Des Échecs Francophones) ?

    Chers amis, chers frères,

    C'est avec une très vive émotion et "la boule au ventre" que je me permets aujourd'hui de vous écrire ces quelques mots qui ne manqueront pas d'être à la mesure de ma colère.

    Comme certains d'entre vous le savent, j'ai été volontaire en Janvier 2013 pour reconstruire une association jusque là moribonde appelée l'AIDEF.

    Avec la petite équipe que nous étions, nous avons déballé les cartons du passif, constaté l'état de léthargie, déterminé qu'il fallait au plus vite un plan pour que la francophonie dans le monde des échecs trouve une place.

    Bien entendu, les premières divergences n'ont pas manqué d'apparaître quant à la vocation première de l'association mais nous avons su, Patrick Van Hoolandt et moi-même, gérer nos différents à huis clos.

    Ainsi fut-il décidé que je financerais personnellement les premières rencontres de l'ère nouvelle, à Marrakech, début Octobre 2013 afin que participent le maximum de pays.

    A ce titre, je n'ai pas dissimulé mon penchant naturel pour le continent qui de très loin avait le plus besoin de cette initiative: l'Afrique. Je considérais en effet ouvertement qu'une rencontre annuelle ne répondait EN RIEN aux besoins africains.

    Pire, vous avez constaté lors des rencontres à Québec entre autres, l'immense frustration vécue par les africains qui ne purent s'y rendre faute de Visa; preuve s’il en fallait de combien les hommes naissent libres et égaux en droit!

    Le 13 Octobre 2013 lors de la clôture des rencontres de Marrakech, je rendais mon tablier, respectant le choix de privilégier la version RIDEF annuelle pour m'inscrire dans d'autres tentatives de soutien au continent.

    --------------------------------

    La raison pour laquelle je vous écris ce jour réside précisément dans la dérive devenue inacceptable du Président de l'AIDEF, qui dénature totalement la vocation de la francophonie échiquéenne.

    Sur le fond, je pose franchement la question: quel pays Africain a pu, peut ou pourra débourser un montant exorbitant pour l'organisation d'une rencontre annuelle au détriment de son propre développement?

    Car il faut le dire, le coût d'organisation de ce tournoi déguisé en rencontres s'accroit d'année en année!

    De 35.000€ hors aides tierces qu'il a coûté au Maroc en 2013, nous dépassons désormais allégrement les 50-60.000€ pour qui ne veut pas voir sa candidature recalée!

    Ah oui, parce que l'AIDEF se permet désormais d'étudier les candidatures les mieux abouties, M. Van Hoolandt voulant assurer SON événement et non suivre le plan de solidarité et de développement tel que nous l'avions pensé lors de sa reprise (voir statuts).

    Bien, mais en admettant que cette somme soit fournie par l'AIDEF elle-même, est-il cohérent qu'elle soit ainsi dilapidée en quelques jours sans trace ou presque de ses effets à moyen terme?

    Second point, l'AIDEF est par nature, d'où la seconde raison de mon retrait, une association APOLITIQUE. Nous avions même pris soin de mémoire, de le préciser dans ses statuts premiers, si ce n'est insister lourdement sur ce point lors de l'AG de janvier 2013!

    Or que voyons nous aujourd'hui?

    Pour le peu que j'en sache mais c'est largement suffisant:

    - Une intrusion non dissimulée dans les affaires internes de certains de ses pays membres (Côte d'Ivoire, Maroc, Sénégal, les autres ne sauront tarder à me parvenir). J'ai envoyé il y a quelques mois un mail de protestation (s'agissant de la Cote d'Ivoire), je n'ai eu en retour que l'expression de la haine sourde.

    - Un Président qui fait campagne en usant du réseau AIDEF en ce moment même, sans avoir consulté ses membres sur la position à adopter (bien entend “en tant que personne”, tant il est vrai qu’hors AIDEF, son influence est grande…).

    - Des menaces de conséquences graves si le pays membre ne vote pas pour Monsieur "MarcoPolos" (le Deputy President de la Fide qui voyage beaucoup en ce moment). J'ai en effet lu, sans la moindre ambigüité possible, un échange écrit dans lequel M. Van Hoolandt explique que vu le nombre de nominations obtenu (la fameuse intox des nominations) et connaissant le candidat, il valait mieux éviter de se retrouver du mauvais coté car M. Makropoulos n'oublierait pas!

    Quand on sait que le pays menacé a dépensé lui-même plus de 70.000€ pour assurer l'organisation des RIDEF il y a peu, cela fait froid dans le dos d'opportunisme!

    C'est donc ce point très particulier qui me convainc aujourd'hui de réagir, charge au détenteur de ces échanges de vous les communiquer.

    Alors chers amis, je pose cette simple question: avions-nous besoin de créer un nouveau front de division?

    Est-il tolérable que des pays en situation de faiblesse soient la proie de personnages sans valeur en leur pays mais qui chez nous se rêvent Seigneurs?

    Allons-nous laisser, une fois de plus, une campagne électorale africaine s'embraser par les techniques ancestrales de la carotte, de la flatterie, du bâton et de la division?

    Allons-nous laisser s'introduire en notre continent ces profiteurs de l'hospitalité qui nous caractérise, dont le sentiment de supériorité peine à se dissimuler derrière le sourire "Colgate" de circonstance?

    Eh bien pas moi!

    Aussi, je vous annonce qu'en conséquence j'ai pris 3 initiatives personnelles qui porteront d'autant plus rapidement leurs fruits qu'elles susciteront votre adhésion:

    1) Je demande à Monsieur Van Hoolandt de bien vouloir considérer sa démission du poste de Président pour violation sinon des statuts du moins de l’esprit de l'AIDEF.

    Il est par ailleurs scandaleux qu'après avoir attaqué M. Jean-Claude Moingt, ex-vice-président de l'AIDEF pour, entre autres, "détournement d'objet d'association" (soutien à la candidature de Karpov en 2010 par l'AIDEF), M. Van Hoolandt fasse de même aujourd’hui!

    Je m’engage quant à moi à soutenir logistiquement et financièrement toute nouvelle gouvernance de l'AIDEF qui porterait en priorité le projet de développer le jeu d'échecs à la base des besoins des plus nécessiteux.

    2) Je questionne, à travers ce mail M. Makropoulos quant aux conséquences prétendues par Monsieur Van Hoolandt envers ceux qui rechigneraient à voter pour lui.

    Connaissant de réputation le "Deputy President" de la FIDE, je n'ai pas de doute qu'il niera employer de telles méthodes.

    3) Je soutiens l'organisation d'un débat physique africain entre les candidats continentaux et suis prêt à financer le transport et l'hébergement de tous les Présidents de fédérations africaines qui souhaitent échanger et débattre.

    A ce titre, je prendrais également à ma charge la traduction simultanée de ces débats. J'appellerais afin de garantir l'équité entre les candidats des personnes notoirement connues pour leur neutralité à des fins de médiation.

    Pour finir, je soumettrais sans hésiter la facture finale de "l’exercice de la démocratie en Afrique" aux 3 candidats à la Présidence de la FIDE. Chacun serait appelé à s'engager sur le remboursement de ces frais s'il est élu, l'Afrique n'ayant aucun moyen FIDE qui permette décemment à ses membres de se réunir.

    Et pour cause...

    Bien à vous

    Larbi HOUARI
    Chef d'entreprise
    et défenseur inconditionnel du développement du jeu d'échecs en Afrique! 3 J’aime1 commentaire

  • #2
    Voici la réponse de M Bernard Labadie, Président de la FQE et membre du Comité Directeur de l'AIDEF.
    Ceci a paru sur la page Facebook de la AIDEF le 1er aout 2018...je viens juste de prendre connaissance:

    AUX MEMBRES DE L'AIDEF

    Chers amis,

    Nous venons de recevoir de la part de Larbi Houari un texte qui diffame sans fondement le Président de l’AIDEF. Il a choqué les membres de son Comité directeur dont je fais partie.

    En période électorale à la présidence de la FIDE, ce genre de désinformation est malheureusement chose courante envers les personnes impliquées dans une campagne. Certains sont prêts à tout pour arriver à leurs fins. C’est là le cas de Larbi Houari, sorte de "Jack in the Box", soit un diable à ressort. Il jaillit de sa boîte lorsqu'on actionne un mécanisme et ici le mécanisme, ce sont les élections.

    Jugez plutôt: en 2013 il intervient de façon virulente lors de l'assemblée générale de la fédération française. En 2014 il fut chef de campagne à l'élection de la présidence de la FIDE de Tromso. Fin 2016 il est chef de campagne pour la présidence de la FFE. Comme par hasard, 2018 étant une année électorale, on le retrouve en suiveur du mouvement pour le candidat russe Arkady Dvorkovich. En dehors des périodes électorales il est inexistant !

    Une photo permet de comprendre sans ambiguïté les intentions réelles comme les ambitions personnelles qui ont motivé son courriel daté du 30 juillet.

    (Photo prise lors du meeting de campagne du candidat Arkady DVORKOVICH, Johannesburg, le 26 juillet dernier. On le voit assis à gauche (chemise jaune).

    En tout état de cause, L'AIDEF est une association apolitique et ne prendra jamais officiellement position pour un candidat lors d'une élection, les statuts ont toujours été respectés. Au sein de notre association, nous avons des membres de toutes tendances et chacun est libre d'exprimer ses opinions.
    Dans le contexte actuel des élections de la FIDE, il n'est un secret pour personne que notre président Patrick VAN HOOLANDT soutient selon son intime conviction et à titre purement personnel l'équipe qui entoure Monsieur Georgios MAKROPOULOS, c'est son droit.

    Ne tombons pas dans le piège de la provocation de personnes qui de la sorte essaient sporadiquement d'exister.

    Bernard LABADIE, membre du Comité Directeur de l'AIDEF

    Comment

    Working...
    X