Question sur les cotes FQE...

Collapse
X
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • Question sur les cotes FQE...

    Si un joueur membre de la FQE n'a jamais joué de parties lentes mais qu'il a joué 25 parties semi-rapides cotées avec une cote de 1324...Lorsque ce joueur va jouer son premier tournoi de parties lentes va-t-il être inscrit comme un sans cote ou bien avec 1324 ???
    Aux Échecs, ce qui me dérange le plus,c'est lorsque mon adversaire réfléchit!!

  • #2
    Il y a deux règles, une internationale et l'autre québécoise. La règle internationale est la suivante : si aucune cote fiable n'est disponible pour un joueur, les arbitres devraient estimer aussi précisément que possible la cote de ce joueur. La règle québécoise est différente : si aucune cote n'est disponible pour un joueur, ce joueur sera considéré sans cote. Aucune estimation ne sera effectuée.

    Dans votre cas, cela dépendra entièrement de l'interprétation de l'arbitre. L'arbitre considère-t-il que votre cote rapide est fiable? (version internationale) Le règlement québécois est ambiguë aucune cote disponible ne fait pas la différence entre les cadence ou même avec une cote ICC,.USCF ou FCE.

    Habituellement, l'organisateur d'un tournoi, dans son règlement intérieur, indique clairement comment les cotes seront utilisées. Une règle courante est que la cote de lente la plus élevée parmi les cotes FCE, FQE, et USCF sera utilisée pour les appariements. Les organisateurs sont normalement clairs à ce sujet, par exemple pour le tournoi ouvert de Chambly http://fqechecs.qc.ca/regions/clubs/...ub=74&id=13700 . Un bon travail de la part de l'organisateur lève toute ambiguïté.

    Note: si un tournoi est coté FIDE, on utilise la cote FIDE. Si on utilise une autre cote, la FIDE dispose d'un logiciel automatisé de vérification des appariements qui va indiquer que les appariements sont illégaux. Le problème, c'est que dans le rapport de tournoi envoyé à la FIDE, il n'y a que les cotes FIDE. La FIDE ignore les cotes québécoises et ne peut pas vérifier les appariements.
    Last edited by Pierre Denommee; Friday, 30th November, 2018, 12:15 AM.

    Comment


    • #3
      L'interprétation de Pierre n'est pas fausse mais son analyse ne va pas assez loin. La cote d'un joueur n'est qu'un outil servant aux appariements. Cet outil ne reflète que les performances récentes d'un joueur dans un bassin donné (limité) de joueurs . Bref, la cote des joueurs ne sert vraiment, qu'à leur donner un numéro d'appariement dans un tournoi. Quand je pense à la cote, il me revient sans cesse l'histoire du Myanmar, qui à mes yeux est une des meilleures façons d'expliquer ce qu'est une cote et ce qu'elle veut dire.

      Sur le sujet de la façon de faire les choses maintenant. Il est vrai que le texte de la FQE est légèrement différent de celui de la FIDE. Mes pour moi yeux ils disent la même chose. Encore une fois, j'aime en appeler au Préambule (Preface) des règles des échecs, qui est prioritaire sur toute autre application de règle. Ce que Pierre voit comme "ambigüe" et sujet à interprétation, est plutôt clair pour moi.

      "Les Règles du Jeu d’Échecs ne sauraient couvrir la totalité des situations pouvant survenir au cours d'une partie, pas plus qu'elles ne sauraient trancher toutes les questions d'ordre administratif. Lorsqu'une situation se présente qui ne se trouve décrite précisément par aucun des Articles des présentes Règles du Jeu, on devrait parvenir à une décision correcte en considérant les situations analogues traitées par ces mêmes Règles du Jeu. Ces Règles supposent que les arbitres possèdent ces qualités indispensables que sont la compétence, la faculté de discernement et une objectivité absolue. Des règles trop détaillées pourraient priver un arbitre de sa liberté de jugement et l'empêcher par là même d'apporter une solution à un problème qui lui soit dictée par l'équité, la logique et la prise en considération de circonstances particulières."

      Pierre cite le passage suivant: "Si aucune cote n'est disponible pour un joueur, ce joueur sera considéré sans cote. Aucune estimation ne sera effectuée." (le mot fiable a disparu du texte québécois). Il fait référence à la page 140 (chapitre 11) des Règles Officielles des échecs 2018. Cependant, il oublie d'inclure la phrase suivante, qui elle spécifie "Cependant un sans cote sera considéré par un logiciel comme un joueur ayant une cote de 0 (zéro).". La nuance n'est pas banale. Parce qu'ensuite, les règles rappellent que nos "particularités" québécoises spécifient qu'on ne donnera pas de bye à un sans cote, mais le logiciel, lui ne reconnaît pas cet état de fait. En fait, je me répète, le logiciel utilise de numéro d'appariement et non la cote des joueurs. Il faut que l'arbitre intervienne manuellement pour respecter cette règle québécoise. Mais voilà, est-ce qu'on peut considérer qu'une cote semi-rapide est fiable ? A tout le moins, on ne peut prétendre qu'il y a une cote disponible. Est-ce qu'on peut considérer qu'un joueur n'ayant pas joué depuis 10-15 ou même 20 ans a une cote fiable ? Est-ce qu'on peut considérer qu'un jeune en pleine progression (souvent fulgurante) a une cote fiable ? Préftendre aveuglement "prendre la cote la plus élevée", sans autre considération, est-ce qu'on peut dire que c'est fiable ? Dans le cas d'un joueur étranger on peut prendre sa cote nationale et prétendre que c'est fiable ? A toutes ces questions, moi, je réponds non.

      Quand vous jouez dans un tournoi ou je suis arbitre en chef, vous savez que je me prépare depuis plusieurs semaines. Dans le cas des joueurs étrangers, là ou ça existe, j'aurai été chercher (à titre informatif) sa cote nationale. Au tournoi de Contrecoeur, par exemple, il y avait un joueur qui avait un numéro FIDE de la Colombie mais qui ne passe que comme étant un joueur québécois. Ou encore mieux, prenez l'exemple d'Eric Sonn. Ce monsieur a déjà eu une cote québécoise à 1768....en 2004 suite à une performance "exceptionnelle" (pas vraiment mais j'explique plus loin) dans un tournoi organisé à Ottawa par notre bon ami Neil James Frarey :-). Quand il s'est inscrit au tournoi de Contrecoeur il n'avait même plus 1500 de cote !!!!! Et au cours de ces 15 dernières années, jamais plus il n'a performé à quelque chose se rapprochant de ce fameux tournoi de 2004 (malgré un petit regain d'énergie en 2008). Pire encore, selon mon analyse, il y avait même eu erreur dans son cas ou on lui avait attribué, à l'époque, comme cote de départ, sa cote canadienne et non sa cote québécoise. Eh bien, j'avais toute cette information avant de commencer le tournoi. C'est pourquoi je lui ai permis de jouer dans la classe C (-1600) et qu'il était également éligible aux prix. Même pour les jeunes sans cote je prends la peine d'aller chercher la cote AEM, quand elle existe. Mais, encore une fois, seulement pour information (encore une fois, la cote de représente qu'un genre de valeur relative récente contre un bassin de joueurs limités).

      Dans les faits, quoi qu'en disent les règles de différentes fédérations, au tournoi de Contrecoeur, par exemple, ou la section ouverte j'ai pris la cote FIDE des joueurs (indépendamment du nombre de parties jouées), dans les sections B et C, j'ai pris la cote FCE des joueurs (règle générale, on a toujours reconnu qu'il pouvait y avoir une différence approximative d'environ 100 points de cote entre les cotes FCE et FQE) tant que la différence des cotes n'était pas différente de 100 points ou plus.

      En gros, à la question originale: "Lorsque ce joueur va jouer son premier tournoi de parties lentes va-t-il être inscrit comme un sans cote ou bien avec 1324 ???". Je répondrais que l'arbitre aura le choix entre lui donner 1324 "POUR FIN D'APPARIEMENTS" ou...l'option que je privilégierais probablement serait de lui donner 0 de cote. Je peux voir des situations de tournois ou les deux cas pourraient s'appliquer (exemple, à un tournoi ou il y a une section -1200 je lui donnerais son 1324 de cote fictive afin qu'il n'y joue pas).

      P.S. Je connais un joueur, qui depuis plusieurs années prétends valoir au moins 1700 (et même plus, ça dépends de son humeur). Son affirmation vient principalement du fait qu'il a déjà eu une cote de blitz plus élevée que sa cote de lente. Et probablement aussi parce que dans son dernier tournoi il a fait une nulle avec un joueur coté à plus de 1700. Malgré tout, il n'a jamais dépassé le 1600 de cote. Je lui permettrais donc de jouer dans les -1600 quand même, surtout après avoir analysé quelques une de ses parties :-).
      Last edited by Serge Archambault; Monday, 3rd December, 2018, 10:49 AM.

      Comment


      • #4
        Originally posted by Serge Archambault View Post

        En gros, à la question originale: "Lorsque ce joueur va jouer son premier tournoi de parties lentes va-t-il être inscrit comme un sans cote ou bien avec 1324 ???". Je répondrais que l'arbitre aura le choix entre lui donner 1324 "POUR FIN D'APPARIEMENTS" ou...l'option que je privilégierais probablement serait de lui donner 0 de cote. Je peux voir des situations de tournois ou les deux cas pourraient s'appliquer (exemple, à un tournoi ou il y a une section -1200 je lui donnerais son 1324 de cote fictive afin qu'il n'y joue pas).

        P.S. Je connais un joueur, qui depuis plusieurs années prétends valoir au moins 1700 (et même plus, ça dépends de son humeur). Son affirmation vient principalement du fait qu'il a déjà eu une cote de blitz plus élevée que sa cote de lente. Et probablement aussi parce que dans son dernier tournoi il a fait une nulle avec un joueur coté à plus de 1700. Malgré tout, il n'a jamais dépassé le 1600 de cote. Je lui permettrais donc de jouer dans les -1600 quand même, surtout après avoir analysé quelques une de ses parties :-).
        ...Un joueur sans cote ne devrait tout simplement pas avoir le droit de jouer dans un tournoi coté FQE...qu'on crée un section novices non cotée dans les tournois avec des frais de 10.00$ tout au plus avec des prix comme des horloges ou des livres d'Échecs,,,en acceptant aussi n'importe quel autre joueur coté qui désire jouer dans cette section non-cotée!...par la suite de ce tournoi on pourrait ainsi évaluer et coter ces joueurs S/C afin qu'ils puissent jouer dans une section cotée dans un prochain tournoi!...

        Pour ce qui est des joueurs qui n'ont pas joué depuis plusieurs années et qui prétendent être plus forts que leur cote attribuée par la FQE,,,,faudra-t-il qu'il refassent leurs preuves à chaque fois?...Si c'était le cas ça changerait beaucoup de choses....Est-ce qu'un Camille Coudari devrait rejouer avec une cote de 1200 s'il recommencerait à jouer aujourd'hui!...ou Bobby Fischer si il ressucitait aujourd'hui, on lui redonne sa cote de 2780 quoique ça dépendrait de l'état actuel de son cerveau!...et si un vieux joueur GM atteints du Alzheimer voudrait absolument rejouer avec sa cote de 2500?...Maxime Léger qui a une cote de 2077 en lente me disait que la plupart des joueurs se disent plus forts que leur cote!...par contre je suis convaincu que la plupart devraient être plus forts en blitz qu'en lentes...si ce n'est pas le cas au Québec, c'est probablement parce qu'il n'y a pas assez de tournois de blitz cotés et pas assez de participants...et faut croire que la cote de blitz et de parties rapides est considérées autant que les cotes lentes...à voir comme le meilleur exemple...Au championnat mondial des Échecs 2018...Magnus Carlsen a vaincu Fabiano Caruana grace aux parties rapides!....Peut-etre devrait-on hausser et ajuster toutes les cotes semi-rapide et blitz par rapport à la cote lente?...Tu joues dans un tournoi semi-rapide ta cote réelle en semi-rapide est 1606 et tu joues contre un joueur qui a 1400 de cote en semi-rapide mais qui a une cote réelle en lente de 1835 de cotes et on lui attribue une cote temporaire de 1835 en semi-rapide pour le départage...qu'on lui donne une réelle cotée de 1835 en semi-rapide , c'est simple et logique!..quoique c'est peut-être ce qui se fait en ce moment à la FQE????
        Last edited by Pierre St-Onge; Monday, 3rd December, 2018, 12:53 PM.
        Aux Échecs, ce qui me dérange le plus,c'est lorsque mon adversaire réfléchit!!

        Comment


        • #5
          Originally posted by Pierre St-Onge View Post
          ...Un joueur sans cote ne devrait tout simplement pas avoir le droit de jouer dans un tournoi coté FQE...qu'on crée un section novices non cotée dans les tournois avec des frais de 10.00$ tout au plus avec des prix comme des horloges ou des livres d'Échecs,,,en acceptant aussi n'importe quel autre joueur coté qui désire jouer dans cette section non-cotée!...par la suite de ce tournoi on pourrait ainsi évaluer et coter ces joueurs S/C afin qu'ils puissent jouer dans une section cotée dans un prochain tournoi!...
          Un joueur sans cote doit jouer dans un tournoi coté pour avoir une cote. C'est ce qui se fait depuis toujours, et c'est beaucoup plus simple que de le faire jouer avec des joueurs non cotés dans un tournoi non coté, et ensuite lui attribuer une cote Dieu sait comment.

          Pour ce qui est des joueurs qui recommencent à jouer après une longue période d'inactivité, ils gardent leur ancienne cote au lieu de recommencer à zéro. S'ils ont réellement perdu de la force, leur cote baissera d'elle-même.

          Originally posted by Pierre St-Onge View Post
          .par contre je suis convaincu que la plupart devraient être plus forts en blitz qu'en lentes...
          En réalité, il n'y a pas de règle, certains joueurs sont beaucoup plus forts en rapides qu'en lentes, tandis que d'autres sont beaucoup plus faibles. On ne va donc jamais donner une cote lente à un joueur sans cote en se basant sur sa cote semi-rapide ou blitz. Par contre, il est vrai qu'il y a beaucoup moins de tournois semi-rapides et de tournois blitz. Lorsqu'un joueur a une cote lente bien établie, mais pas de cote semi-rapide, ou encore une cote semi-rapide très ancienne qui ne reflète plus son vrai calibre, ce joueur aura sa cote lente comme cote semi-rapide de départ, ceci afin de ne pas pénaliser ses adversaires.

          Comment


          • #6
            Bonjour Serge,

            Essayons de ne pas tout mélanger, la préface des Lois des Échecs et les règles du système suisse. Une règle de base du système suisse est que tous les arbitres doivent obligatoirement en arriver aux mêmes appariements. Il y a une exception de prévue si aucun appariement légal n'est possible, ce qui n'arrive que quand le nombre de joueurs est trop petit par rapport au nombre de rondes. On peut donc éliminer toute notion de liberté pour l'arbitre impliquée par le préambule des Lois des Échecs. La seule liberté de l'arbitre étant celle de déterminer le sort des joueurs sans cote ou dont la cote n'est pas jugée fiable.

            Autre chose, le fait que les appariements n'utilisent que le rang de départ et non les cotes est limité au système suisse néerlandais, il en va tout autrement en Dubov. La FIDE a travaillé pour retirer du système suisse Dubov les cas dans lesquels l'arbitre disposait d'une certaine latitude. Le système suisse Dubov a été jugé de qualité inférieure par ce qu'il laissait à l'arbitre sa liberté dans les cas non couverts par les règles. La FIDE travaille à son amélioration ce qui va le rendre plus complexe.

            Originally posted by Serge Archambault
            Mais voilà, est-ce qu'on peut considérer qu'une cote semi-rapide est fiable ? A tout le moins, on ne peut prétendre qu'il y a une cote disponible. Est-ce qu'on peut considérer qu'un joueur n'ayant pas joué depuis 10-15 ou même 20 ans a une cote fiable ? Est-ce qu'on peut considérer qu'un jeune en pleine progression (souvent fulgurante) a une cote fiable ? Préftendre aveuglement "prendre la cote la plus élevée", sans autre considération, est-ce qu'on peut dire que c'est fiable ? Dans le cas d'un joueur étranger on peut prendre sa cote nationale et prétendre que c'est fiable ? A toutes ces questions, moi, je réponds non.
            Beau texte qui fait ressortir une faiblesse du classement Elo qui est connue des statisticiens. Un cote n'est qu'une mesure qui est dépourvue de tout facteur de confiance. C'est comme un moyenne sans écart type, il manque une information importante pour fins d'analyse. La solution existe déjà, la cote Glicko 2 https://en.wikipedia.org/wiki/Glicko_rating_system qui est mathématiquement beaucoup plus complexe mais qui fournit à la fois une moyenne et un écart type. La Fédération australienne des échecs utilise déjà cette cote et afin d'aider les arbitres et les organisateurs à interpréter correctement l'écart type, a remplacé la donnée brute par les symboles !! (cote très fiable), ! (cote fiable) , aucun symbole (cote peu fiable), ? (cote très peu fiable) et ?? (cote sans valeur). Une période d'inactivité affecte directement la fiabilité de la cote. Les requins qui gagnent dans les tournois avec forte bourse mais perdent dans des tournois sans enjeu son facilement reconnaissable, leur cote étant suivi d'un ? ou d'un ??. Certains organisateurs australiens exigent une cote !! ou ! pour l'attribution des prix de classe. Les joueurs dont la cote est moins fiable étant exclus des prix de classe.

            En réalité, le système n'est pas difficile à comprendre, une cote de 1500 avec un RD de 50 indique que la force réelle du joueur se situe entre 1400 et 1600 95% du temps. La force réelle du joueur est sa cote plus ou moins 2 fois le RD 95% du temps. Un sans cote a par convention un RD initial de 350, ce qui indique que sa cote est connue à plus ou moins 700 95% du temps, elle n'est donc pas fiable.
            Last edited by Pierre Denommee; Friday, 7th December, 2018, 12:34 AM.

            Comment


            • #7
              Dénommé écrit : "Une règle de base du système suisse est que tous les arbitres doivent obligatoirement en arriver aux mêmes appariements"

              C'est absolument faux. Un pile ou face est effectué pour la 1ere ronde et il peut en avoir d'autres aux rondes subséquentes.

              Comment


              • #8
                Originally posted by Denis Gauthier View Post
                Dénommé écrit : "Une règle de base du système suisse est que tous les arbitres doivent obligatoirement en arriver aux mêmes appariements"

                C'est absolument faux. Un pile ou face est effectué pour la 1ere ronde et il peut en avoir d'autres aux rondes subséquentes.
                Les appariements ne sont pas différents à cause du tirage au sort. Les vieux règlements permettaient plus d'un tirage au sort par section. Ces règles ont été abolies. Il ne peut y avoir qu'un seul tirage au sort avant le début de la première ronde, Ce tirage au sort détermine uniquement la couleur du joueur le mieux classé, il n'a aucun impact sur l'adversaire d'un joueur.

                La FIDE n'a pas jugé nécessaire d'écrire: après le tirage au sort initial, tous les arbitres doivent en arriver aux même appariements, c'est une précision inutile.

                Voici les règles actuelles d’attribution des couleurs du système suisse néerlandais.

                Appliquer à chaque paire de joueurs avec priorité descendante :

                E.1 Attribuer à chaque joueur sa couleur préférentielle.

                E.2 Satisfaire la plus forte couleur préférentielle. Si les deux joueurs ont la même préférence de couleur absolue (voir A.7 les cracks), satisfaire la couleur préférentielle de couleur au joueur dont la différence de couleur est la plus élevée (Voir A.6).

                E.3 Prenant en considération l'article D.5 du chapitre précédent, alterner les couleurs de la plus récente ronde dans laquelle ils ont joué avec des couleurs différentes (Historiques de couleurs).

                E.4 Satisfaire la couleur préférentielle du joueur le plus "fort36".

                E.5 Si le joueur le plus fort à un numéro d'appariement impair, lui attribuer la couleur initiale, dans le cas contraire, lui attribuer l'autre couleur.

                La règle E5 na pas toujours existé. Elle a été ajoutée afin de déterminer uniquement la couleur des paires qui contiennent deux joueurs qui n'ont joué aucune partie valide durant le tournoi. Par exemple, deux joueurs qui ont reçu un repos d'un demi-point s'affrontent en deuxième ronde, un joueur qui a reçu un repos en première ronde affronte un adversaire qui a perdu for forfait sportif en première ronde ou deux joueurs qui ont perdu la première ronde par forfait sportif s'affrontent en deuxième ronde...

                Le système suisse comportait une faille dans ce cas précis où les deux joueurs n'ont aucun historique de couleur valable. Cette faille a conduit certains arbitres à effectuer des tirages au sort durant le tournoi, une procédure qui est actuellement interdite et surtout non nécessaire. Comme on écrivait dans l'ancien temps: « l'arbitre peut effectuer un tirage au sort durant un tournoi lorsque deux joueurs ont un droit égal de recevoir une couleur ». Avec les règles actuelles d'attributions des couleurs, une telle égalité est impossible,



                Comment

                Working...
                X